Participants: Famille Fourniou au grand complet, Gilles, Simon-Pierre, Julien, Cyril, Sonia, Olivier

Il y a longtemps qu’elle était attendue cette sortie!
Cette fois, on a pu partir direction le Jura neuchâtelois, en Suisse, région dans laquelle j’ai beaucoup volé. Je me faisais une joie de faire découvrir ces sites bien différents de ceux dont on a l’habitude au CHVD.

Départ à trois véhicules, bien chargés, en direction du Jura suisse, le jeudi matin.

On se retrouve tous à l’atterro de Mauborget, pour un petit check visuel, avant de monter au déco ou Gilles nous attend, en regardant passer les vaches qui montent à l’alpage, avec les grosses sonnailles et de petits sapins sur la tête !

Le ciel est un peu bâché et le vent météo est annoncé arrière, mais un petit thermique alimente le déco. Vite en l’air dans l’idée de faire un plouf amélioré, certains prennent rapidement plusieurs centaines de mètres et partent, dans un ordre un peu dispersé, en direction du Suchet, sur la même crête. Certains feront deux vols, d’autres deux heures et plus de vol, dans un décor pas habituel, avec une grande plaine et des lacs devant nous.            

En direction de la Chaux-de-Fonds pour aller au camping, nous faisons un petit détour par le déco de Chaumont, réputé pour ses beaux vols du soir en thermo-dynamique. Simon-Pierre et Olivier décollent dans la tranchée de forêt faisant penser à Montaud en plus étroit et court, mais le nord-est rend le vol peu agréable et tous deux décident de poser rapidement.

Les 11 participants (7 volants et la famille Fourniou) se retrouvent tous au camping pour un montage de tentes et placement de camions digne d’un campement indien !

  Au réveil, le stratus recouvre la région, mais semble vouloir se dissiper rapidement dans les hauteurs. Nous partons donc pour Chasseral, un des plus hauts sommets du Jura (1607 m).

Emerveillement pour tous avec la vue dégagée sur le plateau suisse, ses lacs, et les Alpes en arrière-plan.

 

Ici, on peut décoller soit au sud soit au nord, sur la crête très dégagée, mais aujourd’hui, ce sera direction nord, vu le vent soutenu. L’école locale nous fait une démonstration de comment faire un peu de soarring au nord, avant de repasser, vent arrière, à 50 mètres sol, direction du sud ! Ça le fait bien, même si la partie sous le vent descend beaucoup et ne nous motive pas vraiment…

Simon-Pierre, Sonia et David se mettent en l’air pour une jolie session de soarring un brin turbulent.

Le vent forcit encore, et le déco devient un peu trop venté pour nous, ce que Gilles comprendra à ses dépens…  Cyril l’amènera à l’hôpital ; conclusion : poignet cassé…

Le soir, repas fondue dans un chalet d’alpage, avec la découverte de ce qu’est la VRAIE fondue 😉.

Gilles a le bras totalement plâtré, et il nous fera bien rire en nous racontant qu’il a décidé de se faire opérer à Grenoble et non pas en Suisse, où c’est un podologue qui l’aurait opéré…. Grande peur de se retrouver avec un pied greffé à la place de la main !!!! Il a bon moral,  fondue et vin blanc aidant.

La météo prévoyant une journée ventée, nous prévoyons une journée de marche au Creux-du-Van ; superbe balade de cinq heures, nous faisant passer en haut de cette falaise haute de 180 mètres.

Le dernier jour semble moins pire pour le vol ; nous allons donc à Buttes, pour monter en télésiège puis à pied, jusqu’au déco de la Robella. Le ciel est bien pommelé de nuages, et nous décollons tous, pour un vol presque balistique. Après le pic-nic, nous sommes quatre à remonter pour tenter un nouveau vol. Sonia et Olivier arrivent à sortir sur la crête, mais le vent d’est rend les conditions bien turbulentes et la vitesse face au vent devient vite nulle… Dommage, la vue sur le Val de Travers était magnifique, et en aurait volontiers profité plus longtemps !

La rentrée au bercail, à contresens du trafic des vacanciers partis chercher le chaud dans le sud se passe vite et bien.

  Conclusions :

  • Une belle découverte de paysages verdoyant, d’une région non connue pour beaucoup et de nouveau sites de vols a enchanté tout le monde.
  • Un accident dans une sortie de ce genre-là est certes embêtant, mais n’a, dans notre cas, pas entaché l’ambiance (depuis, Gilles s’est fait opérer à Grenoble, et il va bien).
  • La maitrise de l’aile avec du vent soutenu mérite, pour certains, de passer quelques heures au sol à jouer avec l’aile, afin d’être à l’aise lorsque les conditions deviennent exigeantes.
  • La météo était bonne, mais moyennement propice à notre activité, avec une bonne tendance nord-est, pas idéale dans le Jura, avec des décos plutôt orientés sud et ouest.
  • Une bonne équipe, de bons repas et beaucoup de découverts !

Bonus pour ceux qui ont lu jusqu’au bout: Le CHVD rajeunit!

Olivier

Pin It on Pinterest

Partager