Aujourd’hui se tenait la première édition d’un événement porté par le club de Lans en Vercors : “le Cairn s’envoie en l’air”. L’un des moments forts de la journée avait retenu mon attention, c’est le “Galop du Cairn”. Une montée à pied au décollage de l’Allevoux, suivie d’un vol avec précision d’atterrissage : il n’en fallait pas davantage pour susciter mon envie de représenter fièrement la bannière du CHVD. Laurent, qui était prévu sur la compétition de Saint Hilaire, décide ce matin même de me retrouver puisque sa deuxième manche est annulée au vu des prévisions météo. 

On se retrouve tous à Saint Pierre de Chérennes, où des stands sont montés car c’est un événement festif, familial et solidaire aussi : fabrication de parachutes en papier, initiation au boomerang, cuisine biologique itinérante, … Le tout dans un climat altermondialiste : la devise est le Cairn, une monnaie qui promeut le commerce local…  Cliquez ici pour en savoir plus. 

 

Après le briefing, le start est donné, il est 10h45 et il ne faut pas traîner, le sud se renforce vers 13h. On n’est pas nombreux au départ, seulement 7, mais on ne s’économise pas pour autant, et on monte tambour battant vers le décollage. On ne connaît pas le chemin mais on sait qu’il y a 470m en D+ prévus, sur 2,5km, et le balisage est d’une grande efficacité. J’arrive en haut en 36mn, suivi de près par la seule féminine et Laurent. Maintenant qu’on a repéré la trace, on sait que c’est améliorable et qu’on peut courir pour gagner des secondes ! On se croirait presque à la X-Alpes, regardez… 

Le déco offre un léger face alléchant, il est immense et embrase un panorama à couper le souffle (c’est le D+ qui nous a coupé le souffle plutôt)…

 

 

 

 

 

Mais il nous a quand même été recommandé de choisir un autre déco, à 5mn de marche, plus orienté sud, et c’est de là qu’on s’élancera… 

Chacun se prépare tranquillement, enfin relativement tranquillement, car il est midi et les biplaceurs attendent leur tour aussi. La journée est l’occasion de faire voler le grand public, des amis, la famille, … Le vol n’est pas chronométré, seule la montée l’est, mais il reste une cible à toucher à l’atterro, et on peut dire que c’était pas évident. On ne pouvait pas survoler les maisons au nord, on avait de forts contrastes entre les forêts de noyers et le champs herbeux, et un léger dévers à prendre en compte… Bilan : un seul posé dans le cercle de 2m de diamètre. Dommage, car être précis permettait d’enlever du temps à son chrono d’ascension. Laurent était tout proche ! 

 

Au final, il n’y avait rien à gagner sauf un saucisson, car le prix est constitué des grignotages que chaque participant est censé apporter… C’est donc le 2ème saucisson que je gagne cette année grâce au parapente (mais j’ai oublié de le réclamer…). L’essentiel est ailleurs : il suffit de découvrir le visage du plus jeune participant (et oui, il a marché un peu lui aussi !).

Voilà, on a partagé un très bon moment, on a glané des idées pour la tétralogie, et on s’est bien dépensé. Enfin pas assez pour certains : à l’heure où j’écris ces lignes, il y en a un qui fait le retour en vélo ! 

 

Pin It on Pinterest

Partager