Je n’y croyais plus du tout vendredi soir.
Samedi matin, au briefing au parking des pistes de ski, j’ai encore expliqué aux groupes 607 et 1207 qu’on annulait le parcours 1207, et qu’on ne monterait au mieux qu’au “Pré qui Tue”, à la base des falaises…
Et pendant que je parlais, les dernières couches de brumes se dissipaient à vue d’oeil au dessus de nous, et laissaient apparaître les falaises de la Dent de Crolles au soleil levant. 😲
Après un instant de flottement, re-changement de plan, on tente quand même les “vraies” randos 607 et 1207.
Et ça l’a fait!
 
Pause à la sortie de la Forêt:
Pause à la sortie de la forêt
 
De la brume se reforme sur Saint Hilaire:
Encore pas mal de brume sur Saint Hilaire
 
Et malheureusement, ça recommence à condenser sur les falaises au dessus de nous.
À partir de ce moment, on n’aura plus jamais la vue sur Saint Hilaire et le Grésivaudan.
Heureusement, en arrivant au Pas de Rocheplane, on retrouve le soleil. Coté intérieur de la Chartreuse, c’est bien dégagé.
 
Le groupe 1207 au Pas de Rocheplane:
Le groupe 1207 au Pas de Rocheplane
 
La visibilité étant bonne, on continue sur le sentier des crêtes.
 
Première difficulté à désescalader:
Première difficulté à désescalader
 
Seconde difficulté au contournement de la faille:
 
Une aiguille de roche dans la brume côté Grésivaudan:
Une aiguille de roche dans la brume côté Grésivaudan
 
La plus grosse difficulté: La Cheminée du Paradis:
La plus grosse difficulté: La Cheminée du Paradis
 
Puis après un kilomètre de lapiaz, on arrive enfin en vue de la Dent de Crolles.
Une voile décolle côté ouest, nous rendant optimistes pour la suite, malgré le rideau de brume épaisse côté Grésivaudan.
 
La prairie sommitale de la Dent de Crolles:
La prairie sommitale de la Dent de Crolles
 
Arrivée un peu avant midi au sommet.
On retrouve là haut nos collègues des parcours 607 et 1607, ainsi que pas mal de pilotes montés hors organisation.
Quasiment pas de vent. Beaucoup de voiles sont étalées tout le long de la crête, les pilotes dans les starting-blocks en attendant une trouée dans les nuages.
Les créneaux se faisant attendre, l’impatience devient palpable.
Malgré nos efforts de persuasion, plusieurs pilotes décollent dans le nuage par le col est. 😥
Ils avoueront à l’atterro avoir passé une bonne minute dans le brouillard. Même avec une boussole, c’est de la folie de se retrouver à quatre dans un même nuage, avec des paramoteurs qui tournent devant!

Une première bonne trouée permet à un premier groupe de partir en sécurité côté ouest.
Du coup, tous les pilotes se rabattent de ce côté là.
La trouée se referme, et l’attente reprend.
Une seconde trouée permet à un nouveau groupe de s’éclipser, dont nos valeureux gardiens du matin.
Malheureusement cette trouée dure moins que la première. Deux pilotes tentent quand même à nouveau un coup de roulette russe…
De plus en plus de pilotes perdent espoir, et descendent à pied. On pense que ça décolle encore sous le nuage, au Pré qui Tue et à Pravouta. Je ne sais pas s’ils ont réussi.
Enfin, après une longue attente, vers 15h30, la purée de poix en face ouest se désagrège soudainement.
S’en suit une demi heure de folie, où tous les pilotes restants décollent les uns après les autres dans un bon 15/20 d’ouest régulier.
 
Le dernier pilote passe devant le Col du Coq:
Le dernier pilote passe devant le Col du Coq
 
Tout d’un coup, tout redevient étrangement calme.
Frédéric et moi même pouvons enfin nous reposer. On s’allonge sur l’herbe au soleil, et on peut enfin manger notre picnic!
 
Le sommet pour nous (presque) tous seuls:
Le sommet pour nous (presque) tous seuls
 
Au bout d’une heure sans plus personne, on se dit que notre présence ne sert plus à rien. Lors des Coupes Icare habituelles, on doit s’assurer que personne ne décolle pendant les démonstrations aériennes. Aujourd’hui, pas de démonstration, et personne en attente. On appelle la direction des vols, qui nous donne le feu vert pour lever le poste.
 
Frédéric prêt à décoller:
Fédéric prêt à décoller
 
Puis je le suis à mon tour avec ma petite XXLite 2. 😊
 
En vol en direction de St Nazaire:
En vol en direction de St Nazaire
 
Le Margain:
Le Margain
 
Des planeurs font l’essuie glace le long du Saint Eynard:
Contre jour sur le Saint Eynard
 
Et des voiles tiennent encore devant les tunnels:
Des voiles tiennent encore devant les tunnels
 
J’arrive devant le sommet de Chateau Nardant, et effectivement ça monte. J’enroule pour le plaisir et regagne facilement une centaine de mètres. Mais bon, les copains m’attendent en bas, il est temps d’aller poser.
 
Dernier coup d’oeil sur le plateau des Petites Roches:
Dernier coup d'oeil sur le plateau des Petites Roches
 
Posé à 17h40 à l’atterro de St Nazaire, où je retrouve Fred, Benoit, et Quentin, un nouveau au club, qui nous remonte à St Hilaire. 😊

Vous devez être connecté pour ajouter un nouveau topo !

Vous devez être connecté pour ajouter un nouveau vol rando !

Le Challenge 1 an 12 randos est suspendu jusqu’à nouvel ordre !

Pin It on Pinterest

Partager