On a longuement hésité vu le confinement, mais finalement avec l’aval de la fédération, on a lancé une sortie club. Dans ce cadre, la fédé nous assurait qu’on pouvait parcourir tout le département, plus 30km autour du domicile. Le paradis après la limitation précédente à 10km autour du domicile!
Et vu les conditions du jour, il aurait été bien dommage de ne pas en profiter…

Déco tardif vers 13h30 pour moi, avec Baptiste Marchand, nouveau au club, suivis de près par Sylvain Roger.
Tous les autres du club ayant annoncé leur venue étaient en l’air depuis longtemps, n’ayant pas pu résister à l’appel du ciel. Les champions, eux, étaient en l’air depuis avant 10h00!
Baptiste n’avait encore jamais dépassé les antennes. On fixe donc l’objectif à l’atterro de St Nazaire… Qu’il atteint brillamment. Trop même, puisqu’alors qu’il arrive largement au dessus du terrain, il continue sur sa lancée, et pose 500m plus bas, dans les champs à l’est des maisons. Il m’expliquera plus tard ne pas avoir reconnu l’emplacement terrain. Il faudra que j’améliore mes explications!

En l’air les conditions sont fortes, mais pas malsaines. Le déco tardif est favorable pour ça, les thermiques ayant eu le temps de bien s’établir.
Pourtant, un pilote d’un autre club s’est planté dans la falaise à gauche des tunnels.
Il pend dans le vide devant la falaise, sa voile accrochée à des arbres sur une vire au dessus.
Je contacte en radio notre président, arrivé au déco après nous, qui appellera les secours.
Le gars bouge, mais même en criant je n’arrive pas à dialoguer avec lui. (Impossible de s’approcher assez près des falaises sans prendre de risque pour moi aussi.)
L’hélicoptère arrivera avec les secours une vingtaine de minutes plus tard. Quelqu’un a des nouvelles?

Sylvain étant parti sur un plan de vol direct à la Dent (Sylvain, raconte ton périple!), je continue tout seul vers Grenoble. Enfin, quand je dis tout seul, c’est avec plein de membres du club en radio. C’est très sympa de suivre leur progression en vol. ☺
Jacques et Laurent ont transité sur le Vercors.
Christophe et quelques autres ont déjà transité dans Belledonne.
Visiblement c’est fumant partout!

En arrivant près du Fort du Saint Eynard, je croise Philippe qui a fait demi-tour après une grosse fermeture. Moi j’arrive au Fort en ligne droite à 2000m, sans difficulté particulière, et je continue sans un virage vers le Rachais.
Au Rachais, les conditions sont exceptionnelles. J’enroule jusqu’au plafond à 2300m. Je ne crois pas avoir jamais été aussi haut là bas. La transition sur le Vercors aurait été facile à faire en partant directement de là!

Le Vercors vu de haut

Mais bon, il est un peu tard; Et les copains dans le Vercors se plaignent que tout passe à l’ombre. Je me contente de pousser jusque dans Grenoble, avec demi-tour un peu après le pont de la Porte de France.

À la verticale du pont de la Porte de France

Retour au Rachais avec encore 500m de marge au dessus de la ZIT de Grenoble.
Vraiment des conditions exceptionnelles!

Et la Chartreuse vu de haut au dessus de Grenoble

Le retour vers le nord est d’une facilité déconcertante. Après un nouveau plaf au départ au Rachais, je n’enroule qu’une fois au Bec Charvet, puis une seconde au Cirque de St Même. En gros ça monte tout le long, en bordure des cumulus qui se soudent progressivement à l’intérieur de la Chartreuse.

On revient par le Saint Eynard, ou par Chamechaude?

 

Le long des hauts plateaux de Chartreuse


Petite alerte quand même: Après le Grand Manti, je me prend quelques grains de Grésil. C’est rigolo, ça fait toc toc toc sur le casque.
En arrivant à St Même, je bascule comme d’hab vers la face ouest du Pinet, un peu inquiet quand même du ciel bien noir devant moi. Et rapidement il faut bien se rendre à l’évidence: Ça noircit à vue d’oeil, il ne faut pas aller plus loin.

Demi-tour, et retour par le vallon de Pratcel vers le col de l’Alpe. Là il y a un petit cumulus beaucoup plus fréquentable. Au moment où j’y arrive, une grosse averse commence sur le Granier. Ouf, j’ai bien fait de revenir! (Et je suis content que Jacques et Laurent n’aient pas persisté dans l’intérieur de la Chartreuse.)
Le petit thermique sympa du Col de l’Alpe me monte au plafond à 2480, me permettant une transition confortable vers le St Genis. Christophe y avait annoncé du +5. Je n’y trouve que du +3, mais ça me va très bien! C’était cyclique, car 30 minutes plus tard, Laurent y aura du +10!

Transition vers le Saint Genix

Ce coup ci, contrairement au vol d’il y a quinze jours, je raccroche facilement le Crêt du Poulet. Par contre, malgré l’heure favorable et les cumulus nombreux, la suite dans Belledonne est plus difficile qu’en Chartreuse. Il y a pas mal de zones à l’ombre qui ne donnent rien. Je trouve quand même des thermiques décalés largement en avant des crêtes. À chaque fois c’est laborieux au début, puis de mieux en mieux. Et à chaque fois les plafonds sont un peu meilleurs.

Le Grand Rocher, Le Merdaret, et Les Sept Laux au fond

 

Passage devant la Croix de Belledonne

Dernier plafond en apothéose à 3100m au Grand Colon. Vue superbe à 360° à la ronde, avec le soleil qui commence à baisser sur l’horizon. Je ne m’attarde pas comme j’aurais aimé, car ça pèle sévère. Retour glacial en ligne droite à haute altitude vers le Grand Replomb. La batterie de mes gants chauffants est à plat depuis un moment, et l’onglée est sans pitié.

L’intérieur de Belledonne, de La Pra au Grand Pic

 

Retour au nuage vers le Grand Replomb

Puis j’oblique progressivement à gauche, et toujours sans un virage je rentre à St Hilaire.
Je passe la bordure du plateau des Petites Roches encore à 1700m. Là aussi, il me semble que je n’était jamais rentré aussi haut au bercail. Si j’avais visé la face ouest de la Dent de Crolles, j’aurais probablement pu la raccrocher directement! Pour donner une idée aux locaux, j’arrive à mi-chemin entre le haut des pistes de ski, et la Cabane du Berger.

L’ombre de la Chartreuse dans le Grésivaudan

 

Saint Hilaire le soir, vu du haut des pistes

Posé au syndicat d’initiative, où je retrouve Laurent, qui a bouclé après son exploit dans le Vercors,
et Sylvain, qui a lui aussi bouclé sont premier aller-retour dans Belledonne. Racontez!

L’atterro du Syndicat d’Initiative, encore bien fréquenté malgré l’heure tardive

Pendant que je replie, des voiles continuent d’arriver de Belledonne. Ceux à qui j’ai parlé bouclaient un aller-retour à Annecy. D’autres étaient allés du coté d’Aiguebellette. Vraiment une grande journée exceptionnelle! Il n’y a qu’à regarder sur le site du XContest:
6 des 10 meilleurs vols mondiaux ce jour là ont été faits de St Hilaire, et un quart des 100 meilleurs!

Ma trace sur l’exxcellent carnet de vol de Jacques.

Vous devez être connecté pour ajouter un nouveau topo !

Vous devez être connecté pour ajouter un nouveau vol rando !

Le Challenge 1 an 12 randos est suspendu jusqu’à nouvel ordre !

Pin It on Pinterest

Partager