Vol Rando au Conest le 4 février 2021

Le plan

Suite à l’analyse météo des derniers jours, il semble qu’un créneaux semble ce décider le matin. Les prévisions concordent pour annoncer que l’orientation SE est parfaite pour le site, que la vitesse ouvre le soaring potentiel à la Peyrouse. Mais étant annoncé se renforçant dans la journée, il faut se méfier, et la possibilité que l’on monte pour rien est réel.

Il va pas falloir trop trainer

On décide donc de partir tôt, et d’essayer de monter le plus haut possible en voiture, avec pour objectif de ne pas arriver trop tard au sommet de La Peyrouse et avoir le luxe de choisir son créneaux.

Tout s’est passé comme prévu puisque j’avais prévu que ça ne se passerait pas comme prévu.

La réalité

 

RDV vers 9H / 9H30 avec Alice, Quentin & Clément respectivement du CHVD, de l’ESI et du GUC, à l’atterrissage officiel du site (à notre Dame de Vaulx).

La neige a bien fondu et nous pouvons monter en voiture,  jusqu’à la barrière (a 1159 sur la carte  à droite). Bien qu’ouverte, la neige nous interdit d’aller plus loin et de rejoindre le virage sud (dit du Sabot) qui était notre but premier afin d’atteindre la Peyrouse suffisamment tôt. Au vu de diverses éléments n’incitant pas forcément le groupe a marcher trop longtemps, et au vue des prévisions météo qui annonçaient un renforcement du sud / est, on a préféré jouer la sécurité et marcher sagement sur la route enneigé jusqu’au déco situé au dessus du chalet de l’AS (1543 sur la carte ci-joint), plutôt que de monter droit dans l’pentu sur La Peyrouse a 1710. Arrivé au premier déco, nous pouvons toujours repartir sur la Peyrouse, et il y a beaucoup de décollage intermédiaire par un régime est & sud-est comme aujourd’hui.

Rando, Déco & Vol

Après 1 petite heure de marche, arrivé au 1er déco, le sud-est est en effet bien présent, un bon 10/15km/h plutôt laminaire, et quelques passages rafaleux qui faisaient moyennement rire. On aurait pu, de là, continuer la randonnée pour atteindre le sommet de la Peyrouse (30/45 minutes de +), et tenter le fameux soaring du site… les conditions étaient peut être réunies. Mais vu que c’était déjà bien alimenté, le temps de rejoindre la Peyrouse qui est un peu plus haut, il était aussi tout à fait possible que le vent se renforce et qu’on loupe le créneaux. De plus les pentes et le vent me paraissent bien orienté, c’est bien alimenté, je me dis que finalement on peut peut être faire du soaring ici même, et potentiellement raccrocher La Peyrouse en volant.
Un des décollage SE du conest, au dessus du chalet de l’As
Nous avons donc joué la sécurité, préparation rapide et efficace, décollage bien face au vent et vol plutôt calme (quoi que contré…) jusqu’à l’atterrissage officiel. Ça tenait peu, peut-être pas suffisamment pentu ou pas suffisamment de face, ou pas suffisamment bon pilote. Très peu de vent à l’atterrissage, le temps que l’on plie, le sud avait l’air de s’accentuer… rien de méchant tout de même.
Un décollage venté…
Rétrospectivement au vu des balises et des horaires, ça l’aurait surement fait de partir de la Peyrouse, car le vent semblait décidé ce jour a scrupuleusement respecter les prévisions. Il s’est donc renforcé entre 12 et 13h. On aurait pu probablement donc rallonger la balade, et même le vol. Aucun regret pour ma part, j’ai marché, j’ai volé, et la saison est encore longue puisqu’elle n’a pas encore vraiment commencé.
Renforcement du sud vers 13h à la balise du Moucherotte ce jour, comme prévu.
C’était l’occasion pour trois d’entre nous de découvrir le site, et / ou de reprendre la saison. J’espère que cette petite aventure vous donnera envie de revenir dans des conditions plus clémentes, et cette fois d’atteindre le sommet, qui vaut le détour.
A bientôt!

Vous devez être connecté pour ajouter un nouveau topo !

Vous devez être connecté pour ajouter un nouveau vol rando !

Le Challenge 1 an 12 randos est suspendu jusqu’à nouvel ordre !

Pin It on Pinterest

Partager