Petit retour sur le stage que j’ai effectué cet été dans les Pyrénées :
Je précise pour commencer qu’il n’était pas du tout question de « naturisme » comme certains auraient aimé l’entendre, le lire et sûrement encore plus le voir !
Le stage « nature » proposé par l’école de vol libre de Val Louron se rapproche de notre concept de semaine itinérante, en ceci de différent que nous bivouaquons tous les soirs et que nous décollons depuis des endroits qui ne sont pas des sites officiels de parapente. C’est donc plutôt sympa 😉 Le reste c’est une question de bonne humeur et d’autonomie.
Nous partons dans un petit camion avec tout notre matériel (pour manger, pour boire, pour faire à manger, pour fer à repasser, euh, non, pour dormir et pour voler), après avoir passé du temps à explorer sur Google Earth les possibilités de décollage et de vol qui s’offrent à nous, les routes et chemins pour y parvenir, les échappatoires éventuels, et bien entendu les conditions météorologiques qui conditionnent tous ces choix là.
La semaine en question étant particulièrement mauvaise sur les Pyrénées françaises, nous l’avons entièrement passée du côté espagnol, entre les villes de Plan au nord, d’El Grado au sud, de Castejon de Sos à l’est et d’Asin de Broto à l’ouest. La thématique du stage étant – j’ai oublié de le préciser – axée sur du vol rando, nous cherchions donc des marches d’approche. Cela étant, le beau temps était accompagné d’un flux d’ouest qui, forcissant, a demandé à nos deux moniteurs beaucoup de réflexion pour dénicher des lieux et heures volables. C’est pourquoi, puisque nous privilégions le vol à la marche, nous avons plus d’une fois écourté l’effort grâce aux véhicules.
Pour résumer, nous avons volé cinq fois entre lundi et vendredi, dont :
– Un premier vol sur la montagne de La Estiba au-dessus de Plan, avec les premiers thermiques et les vautours.
– Un deuxième vol en fin de journée sur la Peña Montanesa, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à notre Dent de Crolles, à la suite d’une rando assez éprouvante de 3h30 en plein soleil, mais qui fut largement récompensée par des thermiques très sains qui nous amenèrent à plus de 2600m et nous permirent de voler longtemps, toujours avec les vautours, et de poser à côté de nos ripailles du soir.
– Un troisième vol au Col de Sahùn, en limite du Parc des Posets-Maladeta, longue glissade du matin.
– Un quatrième vol du côté de Fiscal, non loin du Parc d’Ordesa et du Mont Perdu, après une rando de 3h qui s’est un peu rallongée et nous a fait décoller un peu tard pour rester plus longtemps en l’air.
– Un cinquième vol vers Torreciudad, sur site celui-là parce qu’il n’y avait pas d’alternative à cause du vent.
Je vous laisse désormais avec quelques photos. J’envisage pourquoi pas de recommencer l’an prochain puisque ce stage est proposé depuis 14 ans et fonctionne bien. Les moniteurs sont très ouverts et ont déjà organisé d’autres associations, telles que stage parapente et musique, parapente et gastronomie, et ne demandent qu’à trouver de nouveaux concepts.
Nous avons aussi évoqué avec certains la possibilité de créer une semaine itinérante du même type, chez nous ou ailleurs. Si vous avez des suggestions, des envies, faites-les nous savoir !
Bons vols, Amaury.

 

Pin It on Pinterest

Partager