Nous sommes le mardi 19 avril 2022, l’équipe de compétition du CHVD se retrouve au complet au bar d’Air Bulle pour planifier le vol du jour. Après consultation des prévisions météo nous optons pour un aller retour vers la Dent du Chat. Ça devrait faire un triangle plat de 120km. Déco Sud, 10 de face, midi, je décolle. Jean Jacques puis Laurent s’élancent à leur tour dans le ciel du Grésivaudan…

Après une petite course poursuite d’une quarantaine de minutes nous nous rejoignons au Rachais, la première balise de notre triangle.

La formation prend alors la direction de l’Écoutoux où nous faisons notre premier plafond à 2100m, ce qui est largement suffisant pour atteindre le gros thermique des faces Sud de Chamechaude qui nous monte à un peu plus de 2400m.

Le Grand Som n’est pas encore allumé alors que les faces Est de la Chartreuse sont coiffées d’une magnifique rue de petits cums. Nous décidons de rejoindre Aiguebelette par le Granier en longeant les faces Est plutôt que par la voie directe qui passe par le Grand Som et la longue transition vers le Mont Beauvoir.
Nous arrivons au bout de la Chartreuse après deux heures de vol à l’altitude de 2570m. Jean Jacques nous a quitté à Chamechaude  car il a des obligations familiales. Nous partons Laurent et moi en direction de l’Outheran,  le crux de ce vol. Évidemment, comme il n’est que 14h, encore tôt pour que les faces Ouest s’allument, nous ne trouvons pas le thermique escompté en arrivant sur l’Outheran.  Laurent fait demi-tour et moi, pensant être encore assez haut, j’essaye de forcer le passage sur le Mont Grelle au niveau des fameux “Grille-pains” d’Aiguebelette (voir la vidéo d’un précédent vol au même endroit) mais la brise du lac et le vent du Nord me bloquent le passage et me forcent à faire demi-tour en me gratifiant de quelques bonnes claques. Je tiens fermement la voile et repars la queue entre les jambes, le vario flirtant avec du -5. Finalement je raccroche sur les contre forts de l’Outheran à 200m sol.

 Pendant ce temps Laurent se sort du traquenard grâce à la carte des thermiques (Cette carte que vous pouvez afficher, via l’application gratuite SeeYou Navigator sur votre téléphone IOS ou Androïd ou sur certains varios, est vraiment géniale ! Elle nous a déjà sauvé de plus d’un mauvais pas.) Grâce à cette carte, Laurent repère une pompe qui le remonte au Granier à 2460m au moment où je ressors sur la crête de l’Outheran. 

Il y a maintenant un beau cum  sur le pilier Sud de l’Outheran, promesse du thermique salvateur qui va nous permettre de raccrocher le Mont Beauvoir par le sud en passant au-dessus du déco de Bande. On se retrouve au niveau des grille-pains mais du bon côté cette fois et on attaque une longue progression face au vent du Nord qui monte par moments à près de 20km/h. On atteint ensemble la Dent du Chat (la deuxième balise de notre triangle) après quatre heures de vol. Il est temps de faire demi-tour si on veut essayer de passer sur Belledonne.

Le retour vers la Chartreuse, le Granier en point de mire et le lac avec ses couleurs incroyables est un grand moment du vol. Poussés par le vent du Nord nous atteignons parfois des pointes à 70km/h. 

Le raccrochage à l’Outheran puis au Granier n’est qu’une formalité.  On monte encore à  2600m, feu sur Saint Genix, la porte d’entrée de Belledonne. Malheureusement un gros voile d’alto cums commence à masquer le soleil. Le robinet à thermique se ferme. On a beau arriver bien au-dessus du sommet de Saint Genix, à 1400m, on ne trouve pas grand-chose. On raccroche quand-même le Crêt du Poulet assez bas et on plane dans une masse d’air très turbulente jusqu’au niveau de Prapoutel (la troisième balise du triangle). C’est la fin du vol, on tire tout droit sur Lumbin,  ça fait six heures qu’on est en l’air, on a parcouru un triangle de 122km.

La trace de Laurent

La trace de Jacques

Pin It on Pinterest

Partager