CHVD.ORG - Club des Hommes Volants du Dauphiné
Vous êtes ici : Accueil » Sorties club » Voyages » CASTELLUCCIO Di NORCIA

CASTELLUCCIO Di NORCIA

D 24 septembre 2008     H 11:11     A Webmaster     C 0 messages


Françoise et Bernard nous racontent leur voyage parapente/tourisme en Italie a Castelluccio.

C’est vrai, c’est pas vraiment à côté de chez nous. Par rapport à... je ne sais pas, Pravouta par exemple...

Ça veut dire une grosse envie d’y aller, ne pas avoir peur de faire un peu de route. Mais honnêtement, il y a pire : En se levant un peu tôt, l’Italie du Nord à traverser c’est l’affaire d’une grosse demi-journée d’autoroute, puis direction Assise, Norcia un peu plus bas, mais là on est déjà depuis longtemps dans ces paysages collinaires sauvages, chargés d’histoire, de vignes, et de thermiques... Oui, déjà.

L’arrivée sur l’immense cirque de Castelluccio est un véritable choc esthétique et émotionnel, du genre qui vous fait sauter sur votre appareil de photo et vous transforme instantanément et compulsivement en un Yann Arthus Bernard local. Une fête de couleurs vives ou pastel, et de douceur sensuelle dans les lignes de ce paysage rythmé de cultures multicolores, nuancées à l’infini...
Quelque chose qui bouleverse et laisse pantois : où que se pose le regard, ça touche à l’ineffable, à une sorte de redécouverte du paradis perdu, et on se surprend à penser : oui, c’était sans doute ici...

JPEG - 379.6 ko
Attérro

Au milieu de cette palette, sur un tertre, le vieux village : charmeur, pittoresque en diable, animé et bruyant jusqu’à l’excès comme tous les endroits voués au tourisme.
C’est peu dire que les gens du pays comptent sur votre courte présence pour vivre : bars, restaurants et boutiques, sous prétexte de produits locaux, ne vous épargnent rien des stéréotypes habituels. Mais c’est tout petit, l’ambiance y est bon enfant (ah, l’Italie !) et de toute façon on s’en échappe très vite : l’immensité plutôt déserte est à quelques mètres...

Le vol libre fait partie du paysage, même si les (trop) nombreuses écoles delta/parapente présentes il y a quelques années ont peu à peu fermé. L’activité semble s’y être régulée et avoir trouvé un équilibre : présente mais non invasive, ni contraignante.
Accueil très amical à l’unique école restante -tout le monde connaît St Hil, là bas !- et au bout d’un bonne demi-heure à bavarder, on en ressort avec une foule de renseignements pour voler dans les meilleures conditions. Merci à « Prodelta »
Un « pass » gratuit vous est remis, qui témoignera si besoin est que vous avez fait les démarches nécessaires pour vous informer, et qui vous autorise à emprunter certains chemins normalement réservés aux agriculteurs.

JPEG - 358.4 ko
Monte Guaidone

Après ? c’est comme vous voulez, où vous voulez : vols thermiques, vols-rando, soarings, tout est possible, et parfois les trois à la fois... Les possibilités sont considérables.
Ainsi, en quelques jours, j’ai pu faire :

  • du soaring au Monte Guaidone, 300m au-dessus de la petite plaine,
  • un déco montagne au milieu des chevaux sauvages et des sangliers au Monte Lieto,
  • un superbe vol montagne au refuge du Monte Vettore, point culminant (2476m), qui s’est terminé par trois-quarts d’heure à batifoler dans les thermiques (remontée à l’altitude du déco) pour finir par une longue glissade tranquille au-dessus des champs bariolés, posé au bord de la route en plein milieu de la plaine.

Le seul bémol à apporter à cette vision idyllique serait, d’après notre courte et modeste expérience, que l’aérologie nous y a semblé souvent changeante, parfois complexe et imprévisible ce qui n’est pas surprenant quand on ignore tout d’un site, et plutôt musclée les après-midi d’été mais avouez que c’est la moindre des choses...
Il suffit alors de plier bagage et de traverser en un gros quart d’heure cette immense arène circulaire : il y a presque toujours un coin où ça vole !

JPEG - 285.2 ko
Vettore

Pas de sur-fréquentation des sites, en cette fin Juillet : rares Français, plutôt des Allemands et des Hollandais, -décidément peu communicatifs -, et quelques Italiens -qui le sont pour deux !...-
Le camping sauvage est vaguement règlementé, (camping-cars surtout) mais on a trouvé à quelques kms au Nord un terrain calme, sympa, ombragé et tout, à 14€ la nuit pour deux : le « Monte Prata ». Parfait.


Alors ? une sortie CHVD à Castelluccio, en 2009 ?

Jetez un oeil sur vos cartes : la réputation touristique d’Assise n’est plus à faire. Juste à côté, il y a des décollages au Monte Subasio, et j’ai pu voler également au-dessus de la très belle petite ville de Gubbio : survol des vieux châteaux du Moyen-Age ou Renaissance, des arènes Romaines à côté desquelles un immense atterro vous attend, officiel, avec une manche à air début XXIème. Avant dégustation d’une énorme glace, comme il se doit
On vous fait grâce des longues discussions avec les viticulteurs et autres oenologues du coin, et de quelques petits restaurants qui laisseront de grands souvenirs...

Ça vous plaît pas, l’Italie ?

Bernard et Françoise

Voir l’article dans le « Parapente Mag » n° 85 (Fév 2003)

Merci à Thomas B. pour son message incitatif du printemps dernier !

Voir également tous les sites concernant :

Campeggio Monte Prata

Scuola di Parapendio Prodelta

et bien sûr Castelluccio, en général.

JPEG - 305.3 ko
Mt Guaidone