CHVD.ORG - Club des Hommes Volants du Dauphiné
Vous êtes ici : Accueil » Sorties club » Randos » Brêche hivernale et premiers thermiques

Brêche hivernale et premiers thermiques

D 28 janvier 2006     H 20:28     A Jac     C 0 messages


Météo d’enfer, envie de neige, de montagne, d’ascendances et d’un grand
vol, j’ai tout eu samedi.

Tendance de vent annoncé, léger Sud-Est, je choisi la face Sud-Est de
Chamechaude, avec l’espoir de monter au sommet si le vent est
suffisament faible pour assurer le vol en Ousest. J’embarque piolet et
crampons, surtout pour assurer la descente si je me trouve coincé.

Du Sappey au Habert, marche facile, les raquetteurs font leur boulot,
préparer un chemin bien dammé pour les piétons sans raquettes. Aprés le
Habert ça enfonce , mais ça reste fréquentable. En montant droit dans la
pente, ça avance et le déco en vue, juste là à 200 m fait oublier les
efforts. Le déco est bien en condition pour étaler, quelques bouffes de
faces ou vent nul. Je partage quelques amandes avec les chocards, 15
minutes sans vent significatif, aprés observation de la brèche, c’est
décidé, je tente l’aventure.
Mes pieds ne rentrent dans la neige que jusqu’aux chevilles ou mollet et
rarement jusqu’aux cuisses. Je monte lentement pour économiser mes
forces et l’eau. La neige est parfaite, assez molle pour faire de belles
marches, bien stabilisée ; les batons téléscopiques suffisent bien.
Je contourne la ravine sous la Brèche, avec un petit coucou à 4 chamois
paisibles, goutant du soleil dans un petit lopin d’herbe sèche.
Sous la Brèche, avant de s’enfoncer dans la faille, la neige bien
ensoleillée est transformé sur bien 20 cm. Une fois dans le goulot, à
l’ombre, la neige est plus dure, mais pas glacée En final je sors le
piolet pour assurer quelques marches. Main nues pour assurrer de bonnes
prises sur les cables et les rochers, la fin est un peu caillante, mais
hop, ça débouche, retour au soleil et à la civilisation d’un grand jour
de rando en banlieue Grenobloise.
Aprés un petit bavardage avec un randonneur qui m’affirme que la brèche
Arnaud a déjà été descendue en ski, ! ? j’étale dans un vent nul de nul.
Déco tout facile, pilier Sud et comme attendus les thermiques doux
m’accueillent. Quelques S et tours pour gagner un max d’altitude, je
décide de ne pas trainer pour assurer un retour sur Meylan avant
extinction des pompes. Je franchi la falaise qui mène au St Eynard avec
au moins 150 m de rab. Une trés légère composante Nord m’accompagne le
long de la falaise . Passage à l’ombre, puis retrouvaille du soleil vers
le St Eynard, mais il est déjà plus de 16 h et je ne suis plus qu’à 1000
m environ, trop tard pour remonter. Quelques virages ras les arbres,
longue glissade et attero en douceur dans le parc sous le lycée du
Grésivaudan.

Cerise sur le gateau, Jean-François Larvoire se pointe pour voir qui
c’est et m’offre un tour de taxi jusqu’à ma porte, merci !

Je me suis vraiment fait plaisir à la montée avec une ambiance haute
montagne et des conditions bien sécurit, avec un superbe vol pour
finaliser cette journée pleine de lumière.

Jac

Portfolio

  • Déco est